Illustration
Bruno Perera

Portrait de Bruno Perera : formateur sur la biodiversité, le développement durable, le déjargonnage des discours

L'Aric continue de renforcer son pool de formateurs. Découvrez le portrait de Bruno Perera, qui interviendra sur la biodiversité, le développement durable et  le "déjargonnage" des discours

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis ingénieur agronome ENESAD - AgroSup Dijon avec une spécialité dans les énergies renouvelables. Depuis 15 ans, je suis consultant en développement durable et solidaire. Travaillant essentiellement avec les collectivités, je suis aussi très investi dans des projets citoyens d'énergies renouvelables et des actions en lien avec le changement climatique. Mes domaines d'intervention concernent l'énergie, les espaces verts des collectivités, la biodiversité, l'alimentation et le bâtiment. Je suis enfin rédacteur d'articles sur le mode journalistique (journaux de collectivités) et aussi écrivain (4 romans publiés). C'est pourquoi j'oeuvre pour un déjargonnage salutaire, immédiat et général des discours et écrits, objet d'une de mes formations.

Comment avez-vous connu l'Aric ?
En 2009, j'ai fait quelques journées de formation pour l'Aric sur le thème de l'intégration du développement durable dans les projets de territoires. Depuis, je suis resté en lien avec l'Aric et, avec l'évolution de mes compétences et celle du catalogue de formations, j'ai pu proposer de nouvelles formations pour cette année 2020.

Quelles formations allez-vous réaliser à l'Aric ?
Quatre formations à partir de mon expérience de consultant sur mes thèmes de prédilection. "Comment parvenir à un territoire à énergie positive, en accompagnant ou conduisant des projets collectifs de production d'énergies renouvelables ?" "Comment tendre vers une autonomie alimentaire sur son territoire à partir d'expériences en Bretagne, avec les clés pour y parvenir ?"  "Comment agir pour favoriser la biodiversité sur son territoire qui peut devenir un havre pour la faune et la flore grâce à ses espaces verts et naturels, ses liaisons vertes et bleues ?" Enfin, apprendre à déjargonner les propos obscurs afin de connaître et appliquer les règles essentielles pour un discours clair et non technocrate.

Qu'allez-vous changer pour les nouvelles formations ?
Elles ont été conçues en présentiel mais elles peuvent évoluer pour être accessibles en ligne en distanciel si nécessaire. Un exposé magistral est contre-productif et ennuyeux pour les participants et le formateur. Je privilégie donc les échanges, les ateliers pratiques, les mises en situation en insistant sur leurs côtés ludiques. Une bonne ambiance est le meilleur vecteur d'apprentissage.

 

Propos recueillis par Audrey Gaborel

Voir toutes nos actualités...